SHOOT’EM UP – Retro-découverte de Metal Slug sur Neo Geo (1996).

Metal Slug, shoot'em up 1996 sur Neo Geo

Au lieu d’écrire un test complet sur un jeu pas toujours connue du grand public et notamment par les plus jeunes, j’ai décidé de vous faire découvrir une partie de l’héritage vidéo-ludique à travers une mini- description sur les « oldies » qui ont marqué leur époque. Découvrez sans plus attendre Metal Slug, un jeu de guerre absolument pas sérieux qui offre un maximum d’action et qui a su marquer le cœur de nombreux gamers .

Remember :

Les plus anciens d’entre vous qui ont commencé dans les salles d’arcade et attendu patiemment que les consoles et micros vendus au public puissent faire tourner des jeux s’approchant de ceux nourris en petite monnaie, se souviennent forcément de l’émotion ressentie lors de l’annonce de la sortie de la Neo Geo. Avec cette machine, la société SNK brisait d’un seul coup, un tabou aussi vieux que les jeux vidéo eux-mêmes. Une console et une ligne de jeux d’arcade contenant le même hardware, voilà un évènement qui était à l’époque sans précédent.

Mais si les jeux d’arcade ont connu un succès probant et incroyablement durable, la console n’a en revanche jamais vraiment pu s’imposer, en raison de son prix et de celui de ses jeux. Même si celui-ci a baissé durant la dernière partie de la carrière de la console, les première cartouches sorties, vendues à des prix très élevés, ne sont jamais vraiment sorties des mémoires. Tous ces problèmes bassement matériels ont longtemps détourné l’attention du public des jeux eux-mêmes, dont la qualité était le plus souvent excellente. Metal Slugse situe au sommet, parmi les meilleurs titres jamais sortis sur la machine.

Le Scénario du jeu :

J’en vois déjà qui s’étonnent !! On peut penser que ce jeu, de par son genre, est exempt de tout scénario. Il n’en est rien ! Cependant, pas besoin de prendre une aspirine, rien de très compliqué. Le Général Morden (qui ressemble furieusement à un certain ex-dictateur Irakien…) et ses troupes occupent une contrée (non précisée cependant). Pour bouter hors de la Gaule les envahisseurs, une poignée d’irréductibles commandos sont envoyés sur place. Ces commandos, ce sera à VOUS et vous seul de les diriger tout au long des 6 différents niveaux… Pour cela, vous disposerez d’armes diverses et variées que vous trouverez tout au long de votre périple, plus ou moins dévastatrices, mais aussi des véhicules.

Vos ennemis seront nombreux mais peu variés dans le premier opus : uniquement des militaires.

Les personnages et les armes :

Le héros du jeu rappelle un peu Duke Nukem par son look, mais semble se prendre un peu moins au sérieux puisqu’il a le sourire vissé aux lèvres en permanence. Ce n’est pourtant pas faute d’évoluer dans un environnement hostile : des centaines de soldats veulent l’empêcher de libérer de pauvres otages ligotés et paraissant promis à une mort atroce. Notre héros peut utiliser différentes armes allant du simple pistolet au fusil lance-flammes en passant par le fusil-mitrailleur et le lance-roquettes, et se montre capable de tirer en l’air ou vers le bas lors d’un saut, le tout à une cadence effrénée. Il peut même lancer des grenades qui causent d’énormes dégâts chez l’ennemi. Lorsqu’il est acculé, il sort son couteau et tranche les gorges avec dextérité, ce qui rend assez efficace la tactique couramment désignée chez les soldats à pied par l’expression « au paquet ! ». Lors de certains passages difficiles, un petit tank lui est alloué, qui donne son nom au jeu. Là, les choses deviennent plus sérieuses (enfin, façon de parler), le tank en question ayant la même maniabilité que son pilote : il peut se baisser, et même sauter ! Ah, si on avait eu ça en 40 ! … heu… hem… excusez moi… je reprends : le tank a la particularité de ne tirer que dans la direction où il avance, c’est à dire que lorsque l’on fait demi-tour, la tourelle pivote en passant par une position verticale. Voilà qui n’est pas sans ajouter au jeu un aspect stratégique hautement porteur de situations délicates.

Notre héros principal porte le doux nom de Marco Rossi (automatiquement attribué pour le joueur 1) et son acolyte s’appelle Tarma Rowing (attribué au joueur 2) secret defense oblige, aucune informations supplémentaire sur nos commandos d’élite.

Il serait erroné de mettre Metal Slug dans le lot des jeux de plateformes qui ont fait les beaux jours des consoles 16-bits. Il n’y a pas ici de passages secrets dissimulés à tous les recoins d’écrans, pas de vie à collectionner en début de partie, pas d’ambiance bucolique et  surtout pas de personnages mignons à l’apparence inoffensive. On est dans l’action pure et dure, la baston de tous les instants, le ratatinage primaire du bouton de tir !!

En revanche, là où ce jeu fait la différence avec quasiment tous ses prédécesseurs, c’est par la façon dont il bouge. On pourrait presque parler de chorégraphie, tant les sensations visuelles procurées sont instantanément identifiables et renvoient aux meilleurs jeux d’arcades. À l’écran, c’est un bouillonnement permanent, une véritable fourmilière, et le fait que le joueur ne soit jamais perdu, parvenant sans problème à gérer son héros aux mouvements pourtant assez variés, montre à quel point tout cela est maîtrisé. Pendant longtemps, seuls les jeux d’arcade ont offert un tel spectacle et lorsque deux ou trois personnes se tassaient derrière le joueur pour admirer, ce n’était pas sans lui procurer une sensation de triomphe qui valait bien l’argent dilapidé.

Retro-découverte de Metal Slug 96 sur Neo Geo Metal Slug 96 sur Neo Geo

Que serait Metal Slug sans les armes ? Comment charcuter tous ces infâmes soldats tout de vert vêtus sans fusil à pompe ou lance-flamme ?  Voici l’arsenal mis à votre disposition…et croyez moi, il y a de quoi faire !!

Arsenal armes Metal Slug 96 sur neo Geo

Parlons rapidement du Slug, qui est le véhicule récurrent dans la série, c’est le seul que vous aurez la possibilité de conduire pour ce premier épisode. Contrairement à votre héros « nu » qui meurt du premier coup, chaque tir encaissé par celui ci diminue sa barre de vie d’un tiers (1/3).Des bidons d’essence lui permettront de se refaire une santé ! Ce véhicule peut etre trouvé à presque chaque niveau et nous le reverrons dans les épisodes suivants de Metal Slug…

L’aspect du jeu et ma conclusion :

Le ton est donné dès ce premier épisode : les niveaux sont variés et chacun possède sa propre identité. Son principal atout de charme réside dans ses graphismes et son animation. L’ensemble s’inscrit dans un style visuel BD d’une totale cohérence. Les personnages ont tous un look caricatural plutôt rigolo et les innombrables véhicules sont tous dans le même style. Tout a visiblement été crée à la main par des illustrateurs, puis digitalisé. Pas le moindre polygone en vue, donc. Les décors sont absolument somptueux, les plus beaux jamais vus dans un jeu de ce style. Il n’y a pas autant de plans de scrolling que dans certains jeux, mais l’impression de profondeur est très bien rendue par le travail graphique. L’animation atteint le même degré de perfection, avec une profusion de sprites différents pour chaque personnage, chaque explosion, chaque projectile. Même la fumée s’échappant des explosions est animée avec un grand souci du détail. Les ennemis changent d’attitude en fonction des circonstances. Ils se mettent à paniquer lorsque le héros prend le dessus au moyen d’une grosse arme mais, si celui-ci est touché et meurt, se tordent de rire. Leur mort est représentée d’une façon différente pour chaque arme, mais toujours à la frontière entre le gore et l’humour.

Cet épisode jette indéniablement toutes les bases qui vont faire le succès de la saga, à savoir une action omniprésente, un fun de tous les instants, un mélange subtil d’action, shoot et plate-formes qui nécessite adresse et réflexes. Une complète réussite pour l’éditeur Nazca car ce titre est l’un des jeux les plus connus de la console Neo Geo, sinon LE plus connu avec la saga King Of Fighters.

A noter que ce titre est très difficile à trouver en version Neo Geo AES ou Neo Geo MVS, comptez environ 1200€ la cartouche (le retrogaming ça peu coûter cher ) sinon le jeu existe aussi pour la Neo Geo CD et le prix est déjà plus abordable, environ 100€.

Bref vous l’aurez compris, METAL SLUG est un petit bijou à ne pas rater, sous peine de cour martiale, rompez !!!!!

Publicités

Une réflexion au sujet de « SHOOT’EM UP – Retro-découverte de Metal Slug sur Neo Geo (1996). »

  1. Ping : METAL SLUG sur console Neo Geo [1996] | HiddenTavern | Scoop.it

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s